Tu es peut-être autodidacte, sans même le savoir (ou peut-être, slasheur ?). Aujourd’hui, nous vivons dans un monde en perpétuelle évolution et peut-être bien que les diplômes ne seront plus le graal absolu d’ici quelques années.

Si tu as des compétences que tu as apprises seul.e, que tu n’as pas de diplôme, en tout cas, que tu n’es pas passé par une école, ni même une formation, il semblerait que tu fasses partie du cercle très fermé des autodidactes ! Pour moi, ce qui caractérise le plus un autodidacte, c’est sa capacité d’apprentissage et d’adaptation, qui est hors norme.

Sache que vous êtes de plus en plus nombreux. Et c’est aussi dû à “l’obsolescence des compétences” (dont je parle souvent). Parce que les diplômes que nous passons aujourd’hui, ne vaudront plus rien demain, il faut bien se former pour rester dans la course !

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je tiens à donner une liste des dirigeants autodidactes qui ont réussi :

Heureusement, les mentalités évoluent et les recruteurs ont pris conscience des compétences acquises en entreprise ou en autodidacte, et sont de plus en plus attentives aux profils dit “atypiques”.

Mieux vaut tard que jamais ! Car, tes qualités d’autodidacte sont nombreuses et bel et bien utiles aux entreprises d’aujourd’hui. Je veux bien évidemment parler de l’ambition, de la ténacité, de l’inventivité et de l’engagement. Des qualités de choix ! (bien sûr, ce n’est pas une généralité, mais ça va souvent de paires).

Alors, pour mettre en avant tes compétences, il y a 4 axes à travailler :

1 – Valorise ton potentiel

Nous avons tous en nous, des capacités et des forces encore inexploitées. C’est de celles-là dont je veux te parler ici. Il n’est pas toujours facile de les identifier, et pourtant, elles sont souvent juste sous ton nez. Ta personnalité, tes valeurs et tes qualités personnelles, permettent de les dévoiler.

Parce qu’on ne peut pas apprendre à être qui on est, mais on peut apprendre et se former !

Dans le milieu RH, on appelle ça les “soft skills”. Ce sont tes qualités humaines plus informelles (l’empathie, la pédagogie, la créativité, l’esprit critique etc…).

Tu peux les valoriser dans ta communication sur Linkedin par exemple, dans ta lettre de motivation et même dans ton CV. Tu peux totalement y insérer une rubrique “Soft skills”. Évidement, je n’ai pas besoin de préciser que tu ne dois pas les inventer, ni t’inspirer de celles de ton voisin. Ces qualités te sont propres !

2 – Utilise tes anciennes expériences

Alors, ne t’inquiète pas, si tu as peu d’expérience professionnelle, sache qu’il est tout à fait possible de parler de tes voyages, ce qu’ils t’ont apporté et donc, les compétences que tu as pu acquérir grâce à ces expériences (par exemple). Si tu as fait du bénévolat, c’est également un plus (et même si tu as travaillé chez Mc Do !). Tout est bon à prendre, tu dois être fière de ton parcours car rien n’est perdu dans la vie.

Si tu as plus d’expérience professionnelle, c’est encore plus simple pour toi parce que tu as forcément acquis des compétences transférables à ton nouveau métier.

Si tu es dans un métier créatif ou que tu as la possibilité de montrer ce que tu sais faire, joindre un book à ta candidature n’est pas de trop non plus (c’est même recommandé !).

3 – Fais de ta différence, une force

En général, les autodidactes sont passionnés par ce qu’ils font. Parce qu’il faut être honnête, qui a envie de se former à quelque chose seul et de se faire chier en plus ? (oui, c’est un peu cru).

Bien sûr, chaque profil est unique. Diplômé ou non, autodidacte ou non. Mais si on prend l’exemple de la France, en tant qu’autodidacte, tu sors du lot. Il faut le cultiver et peut-être même trouver ta force dans le dédain : “Je vais prouver que je suis tout autant capable que quelqu’un de diplômé”.

Si ce n’est pas dans le salariat que tu te vois t’épanouir, tu dois peut-être te poser les bonnes questions car, il n’est pas rare de finir indépendant (en tant qu’autodidacte).

Mais, es-tu fait pour être freelance ?

4 – Dirige tes candidatures

Évidement, tu dois peaufiner ton CV et miser sur la lettre de motivation.

Il n’est pas question pour toi, en tant qu’autodidacte de construire ton CV de la même manière que quelqu’un de diplômé… Tu vas pouvoir changer des termes et mettre en avant d’autres choses.

  • Met en avant tes atouts et tes compétences pour le poste !
  • Mise sur les expériences qui parleront le plus au recruteur en fonction du poste pour lequel tu postules
  • Pour la rubrique diplôme, ça va dépendre de ton profil. Tu peux utiliser d’autres termes du type “Compétences acquises/apprises”, formation plutôt que diplôme (si tu t’es aussi formé avec des formations à distances non diplômantes, par exemple)
  • Place les diplômes/formations en dernier ! (parce que tu dois valoriser tes expériences en priorité)

Dans le cas où tu souhaites te lancer en indépendant, je te conseille de te faire recommander par tes anciens patrons sur certaines compétences, de ne pas hésiter à utiliser les différents projets sur lesquels tu as travaillé en entreprise comme échantillon de ton travail.

Si tu as peu d’expérience, tu peux prendre des “cobayes” qui te paieront un peu moins qu’à tarif normal (par exemple). Ils pourront te recommander ! Et en plus, ça te permettra d’ajuster tes offres et services. Quoi du plus !

Tout est possible ! Peu importe où tu veux aller, l’important ce n’est pas par où tu passes, mais où tu arrives !


newsletter Powcka