Aujourd’hui, j’accueille sur le blog Sonia de Nomad Life pour un article invité ! Tu pourras aussi la retrouver sur Instagram.

Les digitals natives ont fait du bien-être au travail un mode de vie.

Mais qui sont-ils ? On les voit partout. De jeunes entrepreneurs parcourant le monde avec leur ordinateur sous le bras. Les digitals nomads envahissent les réseaux. Est-ce un effet de mode ? Une réelle tendance ? Nous allons tenter de creuser la question. 

Moi, c’est Sonia. Justement je fais partie de la communauté digital Nomad depuis 2016. Ce lifestyle m’a tellement plus que j’ai carrément créer un blog dessus ! Mais avant de se demander comment devient-on digital nomad, de se poser la question des meilleures destinations ou encore de l’ordinateur idéal pour nomader, je te propose de nous concentrer sur les fondements : la “communauté digital nomad” qui est-ce ? Et fondamentalement, qu’est ce que le digital nomadisme ?

Digital nomad, un mouvement générationnel ?

Je te propose de commencer cet article en douceur ! Nous allons répondre simplement à la question du nomadisme digital. Si tu ne connais pas ce “mouvement”, il s’agit en fait de freelances et d’entrepreneurs qui, libres de toutes contraintes géographiques parce que travaillant de manière 100 % dématérialisée en profite pour se balader dans le monde

Je te parle de mouvement parce que ce phénomène a pris beaucoup d’ampleur ces dernières années. Toute une génération partant à la recherche d’un idéal de vie. Celui où l’on allie très naturellement la vie personnelle et professionnelle. Celui où la vie professionnelle n’est plus un frein mais au contraire un tremplin pour vivre à sa manière.

Ces dernières années, il s’est passé quelque chose chez les Millenials. Notre génération a eu comme une tendance à rejeter le modèle classique. Tout du moins, en ce qui concerne le mode de travail. Nous, ce que l’on veut, c’est créer, s’épanouir, se réaliser à travers notre activité professionnelle

Le développement des nouvelles technologies à rendu cela possible. Et c’est toute une génération qui est entrée dans le mouvement.

Où s’arrête le rêve, ou commence la réalité ?

Communauté, mouvement, génération, tous ces mots nous font vibrer. C’est vrai, ils sont forts. Et je pourrais en ajouter d’autres : “tribu” “voyage” “découverte” “bout du monde”…

Mais je vais arrêter là de te faire rêver. Si le nomadisme digital est une réelle tendance, profonde et active chez la génération Y et Z, il souffre aussi d’un effet de mode néfaste. Nous sommes de plus en plus nombreux à en faire la promotion sur les internets à tel point que je me questionne sur l’avenir de la ligne éditoriale de mon blog. 

À ce point ? Oui ! Les choses ne sont jamais aussi simple qu’on voudrait le faire croire. Suffirait-il d’acheter un ordinateur, monter une micro-entreprise et acheter un billet aller simple pour Bali ? C’est ce que l’on voit de plus en plus sur le web et cela ne me plait pas. 

Les questions de bien-être au travail et d’eṕanouissement sont des questions profondes et impliquent l’humain sur le long terme. 

Beaucoup de néo-nomades reviennent quelques mois plus tard largement désillusionnés, sans un sous en poche et retravaillant leur CV pour retrouver un job qui, s’il ne leur permet pas de s’épanouir, leur donnera un toit et de quoi manger. 

Il ne faut pas oublier une chose : le travail, l’activité professionnelle si elle est un moyen de se réaliser, elle est aussi et avant tout un moyen de répondre à nos besoins primaires. Il est donc difficile d’obtenir le deuxième effet (l’épanouissement) quand le premier n’est pas encore consolidé (une activité qui te fait vivre). 

Je profite de cette petite tribune pour te passer un message important, toi qui songe au nomadisme digital : construit-toi des bases solides avant de songer à tout quitter !

Suis-je en train de dire que le nomadisme digital est fermé, réservé à une certaine élite ? Certainement pas. Je le suis moi-même devenue en partant de zéro. Aucune compétences en digital, aucune connaissance du monde de l’entreprise (je viens de l’éducation nationale). 

Tout est possible. Se former est très accessible. Le digital fait parti de notre culture, de notre génération. Je suis passée de l’enseignement du français dans l’éducation nationale au marketing digital en freelance en à peine quelques années, je suis heureuse, libre et épanouie grâce à mon mode de vie. 

Par contre, ce que l’on oublie trop souvent de dire est que le chemin pour devenir indépendant et financièrement suffisant est loin d’être facile. Il ne suffit pas d’être “digital native” et de poster sur Instagram. 

Alors,

Si le nomadisme digital te titille, si l’expérience te paraît répondre à tes besoins, tes envies, ta vision de la vie. Si tu veux faire partie de la “tribe”, je te recommande de prendre le temps de développer ton entreprise avant. 

De te sentir à l’aise dans ton quotidien de freelance ou d’entrepreneur. De faire des mois qui te permettent de vivre correctement. 

Et après ça ? Et bien on se retrouve pour un verre au coucher du soleil sur une plage quelque part dans le monde 😊