Lorraine a eu plusieurs métiers et est passée par des périodes de doutes. Aujourd’hui, elle a réussi sa reconversion en tant que chargée de communication. Son parcours illustre plutôt très bien l’époque dans laquelle nous vivons, faite d’évolutions et de changements. Elle nous raconte !

Raconte-nous un peu ton parcours…

Je n’ai jamais trop su quel métier je voulais exercer. J’ai, en quelques sortes, fait mes études en fonction des portes qui s’ouvraient à moi. J’ai suivi une filière technologique et eu un bac STT Comptabilité Gestion. Au fil de mon cursus, j ai constaté que je ne souhaitais pas poursuivre dans cette voie. Je suis ensuite allée à la fac pour obtenir une licence, intégrer l’IUFM, institut de formation des maitres et devenir Professeur des Ecoles.

Au cours de ma 2ème (première) année, j’ai rencontré mon conjoint. J’ai donc décidé de partir à Paris et démarrer dans la vie active, avec un bac en poche. Consciente que c’était bien trop léger, j’ai intégré une école formant aux métiers de l’aéroportuaire.

J’ai donc démarré mon parcours professionnel par le métier d’Agent d’Escale à Paris Orly. J’avais 20 ans, j’étais fière de porter l’uniforme de la compagnie, je parlais anglais et espagnol, j’avais des horaires décalés, ce qui était très appréciable pour le rythme de la vie parisienne, ses embouteillages. Bref, j’étais plutôt satisfaite.

J’ai démarré par un stage puis obtenu un CDD. À l’époque (en 2004) les recrutements étaient déjà très sensibles dans cette branche. Sans perspective d’embauche, le chef d’escale m’a conseillé de postuler dans un cabinet d’expertise comptable à Courbevoie – Rien à voir avec ce que je faisais mais c’était un CDI qui collait à mes études.

La vie évoluant et mes désirs avec, j’ai eu mon premier enfant. Les temps de trajet sur la journée étaient devenus ingérables en tant que jeune maman. Après quelque temps de recherches, j’ai postulé à une offre d’emploi plus proche de mon domicile, plus intéressante également.

Voilà comment je suis devenue Chargée de planification au GNFA – Groupement National pour la Formation Automobile – à Sèvres. J’y suis restée 9 ans avec à mi-chemin une mutation sur le centre GNFA
de Blagnac.

À ce jour, suite à ma reconversion professionnelle, je suis Chargée de Communication chez Sky’inLab, entreprise ayant développé un concept breveté de réparation de menuiseries métalliques. J’ai effectué mon stage de fin de formation dans cette entreprise, qui m’a proposé un CDI dans la continuité.

reconversion réussie millennials

Qu’est-ce qui a motivé ta reconversion ?

Sur la fin de mon expérience au GNFA j’ai ressenti un réel besoin d’évoluer, de changer, de bouger – ce qui n était plus possible en raison de ma mutation. Les évolutions étant toutes proposées au siège, en région parisienne. Je ressentais également le besoin de reprendre mes études par satisfaction personnelle, d’obtenir un diplôme ou une équivalence autre que le faible diplôme acquis quelques années plus tôt.

J’ai donc choisi de me former à la communication, mon métier actuel, via un CIF démarré en juin 2017 en intégrant l’IFOCOP, organisme dans lequel j’ai suivi une formation au métier de Community Manager sur une période 6 mois, décomposée en 3 mois de théorie et 3 mois de pratique.
J’ai eu la chance d’avoir une responsable compréhensive et à l’écoute.

Consciente de mon besoin de reconnaissance, d’évolution et de nouveauté, j’ai intégré la formation en ayant déjà l’entreprise pour ma période de stage, ce qui fut un réel atout pour valider ma participation à cette formation qui demandait un niveau BAC+2 que je n’avais pas.

Aujourd’hui, si tu avais pu faire les choses autrement aurais-tu fait quelque chose différemment ?

À ce jour, mes regrets portent uniquement sur mon manque de persévérance au niveau de mon cursus scolaire. Je me suis laissée portée alors que j’aurais pu exploiter mes aptitudes bien au-delà de ce que j’ai fait. J’étais naïve, inconsciente, pressée de vivre ma vie, de m’assumer en temps que femme active, d’avoir mon “chez moi”, de vivre ma vie de couple…


D’après-toi, que faut-il faire pour réussir sa reconversion ?

Pour réussir sa reconversion, il faut avant tout prendre les choses en main et se jeter à l’eau.

J’ai réfléchi à ma reconversion durant 3 années sans pour autant me lancer. Par craintes de me planter, d’échouer, de laisser derrière moi une vie professionnelle dans laquelle je ne me sentais certes pas épanouie mais pour autant un emploi stable, acquis et un métier que je connaissais parfaitement.

Ensuite, il faut savoir rester cohérent. En tout cas pour ma part, maman de 2 enfants et un crédit pour la maison, je ne pouvais pas me permettre de me lancer dans une reconversion complètement folle et incertaine.

J’ai besoin de contrôler les choses et appréhender un minimum ce qui m’attend. Il faut être persévérant et conscient qu’il y aura du travail à fournir pour apprendre et faire ses preuves.

Une fois le projet mûrement réfléchi, ne pas douter et y aller.

Un petit mot pour la fin ?

Je te remercie, car grâce à toi, Pauline, je viens de me remémorer l’histoire de ma vie professionnelle. Cette introspection me confirme que cette reconversion est sans aucun doute ce que j’ai fait de mieux au cours de ma vie active. J’évolue aujourd’hui dans un domaine créatif et ludique où seule l’imagination a ses limites et c’est ce que j’aime dans mon métier.

À toutes les personnes qui se retrouvent dans mon témoignage : Allez-y ! Lancez-vous et épanouissez-vous dans votre futur métier. Car aller travailler avec plaisir, ça n’a pas de prix.

Si vous avez vraiment envie de faire quelque chose, ne vous laissez pas distraire par la peur d’échouer. Comme l’a bien dit Lorraine, s’épanouir professionnellement, ça n’a pas de prix. Il faut calculer les risques, mais aussi lâcher prise pour mettre toutes les chances de son côté.